La dernière fois que les fans des Spurs ont vu Jakob Poeltl en public, il boitait au vestiaire du CENTRE AT-T après avoir subi une entorse du ligament collatéral médial quatre minutes après le match de l’équipe contre Orlando.

Tony Parker Maillot,Le grand homme de 24 ans a refait surface au milieu de la saison suspendue de la NBA jeudi - moustache de quarantaine et tous - pour prendre en charge la page Twitter officielle de la ligue et répondre aux questions des fans.

Voici un aperçu des faits saillants:

Réflexions sur le fait d’être le premier Autrichien natif à jouer dans la NBA

"Il me remplit de fierté de savoir que je suis le premier joueur de basket-ball autrichien dans la NBA. J’ai aussi l’impression d’avoir la responsabilité d’essayer de faire pousser le basket-ball autrichien. Je pense que nous faisons de bons progrès là-bas. En général, la mondialisation est grande pour le basket-ball et la NBA parce qu’avec plus de talent venant de partout dans le monde, il est évidemment à la hausse de la norme. Le niveau de jeu ne fait que s’améliorer.

Sur ce qu’il peut apprendre de l’entraîneur adjoint Tim Duncan et son coéquipier LaMarcus Aldridge, All-Stars à son poste

« Tim et LaMarcus m’ont beaucoup aidé. Travaillant avec Tim sur une base régulière, lui me donnant des conseils et astuces pour les jeux. Aller contre L.A. à l’entraînement au quotidien m’a vraiment aidé à améliorer mon jeu. J’essaie de profiter de cette occasion du mieux possible.

Sur quel surnom d’appel de jeu du radiodiffuseur Bill Land qu’il préfère - "Blockob" (pour un tir bloqué) ou Poeltl Jam (pour un dunk)

"Je pense que je préfère Poeltl Jam. Ca m’a pris au dépourvu quand je l’ai entendu pour la première fois. J’ai trouvé ça vraiment drôle. Je dois aussi crier à mon homme Derrick White pour beaucoup de bons surnoms ces deux dernières années.

En jouant pour l’entraîneur Gregg Popovich

"J’étais vraiment excité à ce sujet, quand j’ai découvert que j’allais jouer pour les Spurs, pour avoir une chance de jouer pour Pop. Je pense qu’au cours des dernières années, j’ai vraiment beaucoup appris de lui sur le côté mental du basket-ball et comment aborder le jeu. Il m’a vraiment appris ça, dans cet aspect. En plus de ça, c’est un type vraiment bien. C’est un gars avec qui tu peux parler et plaisanter. J’aime vraiment l’avoir comme entraîneur.

Sur l’impact du basket-ball européen sur le match NBA

"Je pense que le basket-ball européen a influencé la NBA de bien des façons avec tant de joueurs talentueux venant d’Europe. Je pense qu’il a augmenté les normes. Il a rendu le jeu de plus en plus technique. Par exemple, un gars comme Dirk Nowitzki, qui était le premier gars qui était un vrai tir grand, que nous n’avions vraiment pas vu beaucoup avant dans la NBA."

Sur son modèle NBA grandir en Autriche

"Je n’avais pas vraiment de modèle NBA en grandissant. Il a toujours été très difficile d’accéder aux jeux. Ils étaient au milieu de la nuit. On ne les avait pas à la télé. J’ai donc essayé de suivre mon propre chemin et j’ai essayé de créer mon propre jeu.